Migrations privilégiées : Notice, Dictionnaire critique des Mobilités, 2023

Brenda Le Bigot, géographe

On qualifie de « migrations privilégiées » des mobilités internationales entraînant l’installation dans un nouveau lieu de vie, réalisées par des individus bénéficiant d’une position relativement avantageuse à l’échelle mondiale. L’étude des migrations privilégiées rassemble des recherches portant sur divers groupes : actif·ve·s expatrié·e·s, étudiant·e·s, exilé·e·s politiques, retraité·e·s, etc. Souvent issu·e·s de pays riches et/ou de classes sociales supérieures, les « migrant·e·s privilégié·e·s » bénéficient, notamment grâce à leur nationalité ou leur capital économique et social, d’une facilité pour s’installer à l’étranger. Leur étude conduit à penser les migrations de manière renouvelée en s’intéressant à leurs imaginaires et projets migratoires, aux dispositifs qui réglementent leur mobilité, ainsi qu’aux spécificités de leurs installations dans les destinations. Ces migrations invitent à penser la liberté de circulation depuis ceux et celles qui en bénéficient, pour saisir les inégalités de mobilité sous tous leurs angles.

Emplacement occupé plusieurs mois par un couple de camping-cariste au camping municipal d’Agadir – Crédit photo : Brenda Le Bigot

Une catégorie pour penser les inégalités au sein des mobilités internationales

Au tournant des années 2000, le mobility turn qui a marqué les sciences sociales, notamment anglophones, a conduit à développer une approche englobante des mobilités. En s’appuyant notamment sur des penseurs de la globalisation comme Arjun Appadurai (1996), ou Zygmunt Bauman (1999), ces travaux invitent à penser ensemble les mobilités des personnes, mais aussi des idées et des objets, comme un réseau globalisé qui constituerait le nouveau paradigme des sciences sociales (Urry et Sheller, 2006). Apparaissent des catégorisations de la mobilité, s’appuyant sur leurs échelles spatiales (locale, nationale, internationale) et temporelles (de courte à longue durée) (Kaufmann, 2000) ou encore sur les motifs de mobilités (travail, exil, formation, consommation, loisirs, résidence). La migration est dans ce cadre pensée comme une catégorie de la mobilité, d’échelle spatiale internationale, et d’échelle temporelle longue, à l’inverse par exemple du tourisme, qui peut être international, mais est de courte durée. Ces modes de catégorisation peinent à couvrir la diversité des mobilités qui s’observent et s’expérimentent à travers le monde, aux motifs souvent combinés, et aux échelles spatio-temporelles parfois complexes. Par exemple, comment catégoriser la mobilité des retraité·e·s qui séjournent tous les ans, la moitié de l’année, au Maroc en camping-car ? L’appropriation de l’emplacement comme un nouveau lieu de vie, la durée et la régularité de cette mobilité, suggèrent de catégoriser cette dernière comme hybride entre tourisme et migration (Le Bigot, 2017).

Retrouver l’intégralité de cet article dans MobiDic, Dictionnaire critique des mobilités.



Citer ce billet
projetmigrapriv (2024, 2 janvier). Migrations privilégiées : Notice, Dictionnaire critique des Mobilités, 2023. MIGRAPRIV. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf13

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search