AAC MIGRAPRIV

Colloque

Des migrations internationales privilégiées ?


7-8 décembre 2021
Centre de colloque du Campus Condorcet (Aubervilliers)
Appel à communications

 


En s’intéressant aux migrations internationales dites « privilégiées », ce colloque prend pour objet des déplacements donnant lieu à des installations à l’étranger sur le long ou le moyen terme et que l’on peut penser favorisés par la possession de différentes ressources sociales. Certes, les frontières nationales et communautaires continuent à entraver les circulations migratoires et le développement technologique n’a pas aboli les distances géographiques, ce que la crise sanitaire que nous traversons ne fait que souligner. Les obstacles et les dangers auxquels se heurtent les personnes exilées se déplaçant en situation irrégulière en sont sans doute la marque la plus visible. Cependant, certains passages à l’étranger suivent des chemins plus tranquilles, où les difficultés liées aux frontières s’atténuent.

Interroger ces migrations « privilégiées » et leurs contours revient ainsi à inscrire pleinement au sein des études migratoires des séjours parfois placés préférentiellement sous la bannière de la « mobilité », de l’« expatriation » (Faist 2013), ou encore du tourisme, en s’en tenant au repère stable d’une année au moins passée à l’étranger. Les outils conceptuels et méthodologiques des études migratoires gagnent à être appliqués à des installations aisées à l’étranger qui commencent à être mieux connues, que l’on pense aux bénéficiaires de contrats d’expatriation (Shinozaki 2014), aux personnes retraitées occidentales « en quête d’un cadre de vie agréable » (Benson & O’reilly 2009) ou aux enfants des classes moyennes ou supérieures qui migrent dans une logique scolaire ou d’études (Waters 2005, Rutten & Verstappen 2014). Ce type de migration ne se limite pas aux « élites de la mondialisation » ouest-européennes et nord-américaines (Wagner 1998) ou aux « courtiers de l’international » (Dezalay 2004).

Elle renvoie aussi à des mobilités plus banales et aussi plus fréquentes, telles celles d’entrepreneurs ou d’investisseurs plus modestes (Bantman 2013, 2015), parfois qualifiées de « middling transnationalism » (Conradson & Latham 2005). Celles-ci, moins étudiées malgré leur importance numérique, sont le fait de groupes sociaux dont le caractère dominant est moins évident et plus incertain. Elles s’inscrivent également dans une grande pluralité d’orientations géographiques, incluant les migrations intracontinentales entre Suds (Mazzella & Eyebiyi 2014) et les circulations en provenance des pays de l’Est (Bertron 2018, Karady 2002) ou en direction de ces derniers (de Saint Martin & al. 2015, Dragani 2017).

À travers le questionnement de la catégorie « migration privilégiée » — axe de réflexion transversal à ce colloque —, on se donne pour but de comprendre les rapports de pouvoir multiples qui se nouent autour de l’accès et de l’expérience de la mobilité internationale (Cresswell 2010, Croucher 2012). Le classement des passeports selon le nombre de pays auxquels ils donnent accès sans visa (Henley Passport Index) est un exemple emblématique de critère — la nationalité — ouvrant un privilège particulier au regard de la mobilité internationale. Mais l’enjeu de ce colloque est de complexifier la notion de privilège, qui embrasse potentiellement toutes les dimensions de l’expérience migratoire. Relationnel, le privilège n’existe pas « en soi », il s’apprécie au regard des positions et des revendications de différents groupes sociaux dans un contexte donné (d’échelle variable, du local au global), et au regard d’un ou plusieurs rapports de pouvoir (nationalité, classe, race, genre, sexualité, etc.). Il engage aussi une dimension subjective parfois complexe : souvent minimisé pour être mieux défendu (Ferber, 2012), convoqué pour disqualifier ou mis en avant pour se distinguer, le privilège pose la question tant de la matérialité des rapports sociaux que de leur perception. La migration internationale offre une entrée empirique particulièrement riche pour aborder la notion de privilège, puisqu’elle consiste en un changement de référentiel, qui fait varier la position de celles et ceux qui partent. Cette catégorisation évolue dans le temps (Green 2008), et en fonction de cadres politiques et juridiques variables (Fabbiano et al. 2019). Au-delà, son usage dans la pratique de l’enquête peut aussi poser question, lorsque les groupes étudiés ne se reconnaissent pas dans le qualificatif de « privilégié ».


Les propositions de communication (une page) sont à envoyer à l’adresse colloque.migrapriv2021@gmail.com pour le 31 janvier 2021. Les propositions de communication mentionneront les méthodes et le matériel empirique utilisés. Elles préciseront dans quel axe ci-après elles s’inscrivent. Les propositions de communication transversales pourront ajouter un axe secondaire. Dans la perspective d’interroger cet objet selon des angles d’analyse et des méthodologies plurielles, et de mettre celles-ci en regard, les contributions de toutes disciplines des sciences sociales sont bienvenues. Pour les communications retenues, un texte d’environ 20 000 signes devra être envoyé en amont du colloque.


Le colloque se tiendra à l’Institut Convergences Migrations en présentiel. Les intervenant·e·s ne disposant pas de financement institutionnel seront invité·e·s à se rapprocher du comité d’organisation.


Comité d’organisation : Eren Akin (Université Paris Nanterre, ISP-CNRS), Théotime Chabre (Mesopolhis, ICM), Claire Cosquer (INED, OSC, ICM), Saskia Cousin (CESSMA), Vincent Hugoo (Université Panthéon-Sorbonne, CESSP-CSE), Brenda Le Bigot (Université de Poitiers, Migrinter), Pauline Vallot (ENS Paris, CESSP-CSE)


Comité scientifique : Lama Kabbanji (IRD, CEPED, MobElites), Kevin Mary (Université de Perpignan Via Domitia, Art-Dev, MobElites), Saskia Cousin (Université de Paris, CESSMA), Pascale Laborier (Université Paris-Nanterre, ISP), Eve Bantman-Masum (Université Toulouse Jean Jaurès, LISST), Anne-Catherine Wagner (Université Panthéon-Sorbonne, CESSP), Nancy L. Green (EHESS, CRH), Hugo Bréant (Ined, CESSP, Dysolab), Simeng Wang, (CNRS, CERMES3), Grazia Scarfo` Ghellab (EHTP, Casablanca), Hélène Quashie (LARTES/IMAF/ICM), Elieth P. Eyebiyi (LASDEL & CREPOS Dakar)


Axe 1 : Migrer pour acquérir ou maintenir une position privilégiée

Un premier axe de réflexion porte sur les migrations internationales comme un moyen de conserver ou d’améliorer un statut social. Il peut s’agir alors de « migrations de maintien » (Rosental 1990) qui visent à trouver à l’étranger les ressources pour préserver sa place « au pays », à la manière de l’émigration momentanée des nobles pendant la Révolution française (Rance 1998). Certains départs à l’étranger peuvent être ramenés à la valorisation croissante des attributs internationaux au sein du référentiel national (Behar 2006, Touré 2014). En France par exemple, l’expatriation s’explique par des incitations internes au marché du travail national d’origine (Colombi 2016) et la généralisation des séjours scolaires à l’étranger se rapporte aux luttes entre grandes écoles (Blanchard 2009, Delespierre 2019). Autre exemple, les passages des élites sud-américaines dans les universités des États-Unis leur assurent une place au retour, de même que pour les élites juridiques indiennes en Grande-Bretagne (Dezalay 2004). D’autres migrations internationales s’intègrent à des traditions longues propres aux élites intellectuelles (Verger 1973, Karady 2002). Elles trouvent des prolongements dans les migrations estudiantines plus contemporaines, qui se démocratisent pour concerner aussi les classes moyennes (Ballatore 2010, Tronchet & Kénovian 2013) et s’hybrident autour de pratiques de voyage combinant études, travail et loisirs (Le Bigot, 2017). Le passage à l’étranger peut aussi être l’occasion de changer de référentiel national afin de valoriser certaines compétences, comme l’anglophonie à Taïwan dans le cas des nourrices philippines des classes supérieures (Lan 2006) ou des étrangers et étrangères d’origine occidentale qui y trouvent facilement des emplois d’enseignant·e (Lan 2011). Les migrations s’inscrivent alors dans la lignée des stratégies d’acquisition du capital international (Wagner 1998) ou de capital humain transnational (Gerhards & Hans 2016). Par rapport à d’autres stratégies de ce type, les migrations internationales revêtent cependant une forme particulièrement contraignante. On pourra donc s’interroger aussi sur les risques que comportent ces stratégies parfois incertaines, soit que les destinations s’avèrent être de « second choix » (Wagner & García Garza 2015), soit qu’elles sont le lieu d’assignations raciales renouvelées (Le Renard 2016, Arab & Moujoud 2018), soit enfin que l’éloignement amplifie la vulnérabilité face à certaines crises mondialisées, à l’image des étudiant·e·s « piégé·e·s » par la crise du covid-19.


Axe 2 : Ambivalence et fragilité des privilèges en migration


Dans le but d’appréhender la multidimensionnalité de la position sociale et ses fluctuations au fil du parcours migratoire, une attention particulière pourra être portée aux cas où le caractère « privilégié » d’une migration doit être relativisé au regard d’autres rapports sociaux aussi divers que la nationalité, la religion, la race, la classe, le genre ou la sexualité. Les migrations dites privilégiées se caractérisent par leur hétérogénéité et se définissent par une diversité de critères qui ne concordent pas forcément, comme l’illustrent plusieurs exemples. Avantagées sur le plan de la classe, de la nationalité et de la race, les femmes françaises « expatriées » à Abu Dhabi accèdent dans la migration à un confort matériel qui reste ambivalent tant qu’il est associé à l’intensification de leur assignation à une sphère et des rôles construits comme féminins (Cosquer 2020a). Malgré les atouts dont disposent de jeunes entrepreneurs camerounais diplômés de la diaspora en Europe, ceux-ci s’efforcent de « blanchir » leur accent dans les interactions les plus formelles, ce qui reflète une forme « d’assujettissement » aux normes langagières dominantes en même temps qu’une résistance aux processus de racialisation (Telep 2018). Les propositions pourront alimenter l’étude des positions dominantes dans une perspective intersectionnelle (Fassa et al. 2006, Bilge 2010), dans différents contextes et à différentes échelles. L’intérêt pour les membres dominé·e·s d’un groupe dominant permet de complexifier la pensée du privilège et de la domination (Pease 2010). D’autre part, l’étude des migrations privilégiées semble propice à l’observation des rapports sociaux de race dans la mesure où l’expérience de la migration recompose la relation entre groupe « majoritaire » et groupe « minoritaire » et fragilise l’association de la blanchité à la neutralité (Guillaumin 1972), incitant à « transnationaliser » l’analyse des positions raciales (Alloul 2020). La réflexivité des chercheuses, migrantes sur leurs terrains d’enquête respectifs, est riche d’indications sur la façon dont les assignations sont parfois labiles, voire contradictoires (Quashie 2020, Drif 2020). Une attention particulière sera donnée aux mécanismes d’assignation raciale subis malgré une position de classe ou de genre favorable (Fanon 1952) et aux processus d’invisibilisation associés (Le Renard 2019). Enfin, les analyses du décalage éventuel entre les aspirations initiales d’ascension sociale des migrant·e·s et la concrétisation ou non de celles-ci seront particulièrement appréciées. Alors que les projets de « réussite » sont parfois au cœur des « récits de soi » des migrants (Zeroulou 1988), qu’en est-il lorsque les espoirs formés au départ se heurtent au déclassement professionnel dans le pays d’arrivée (Mahut 2014) ? Les contributions pourront se tourner vers les réactions face à la fragilité voire à la perte du statut social en migration, à l’exemple des migrations de retour (Caron & Ichou 2020), de la scolarisation des enfants au « bercail » (Grysole 2018), ou des investissements économiques dans le pays d’origine (Santelli 2010).


Axe 3 : Les rapports privilégiés à l’espace d’arrivée


Un troisième axe pourra envisager les rapports aux espaces d’arrivée comme une modalité constitutive des migrations dites privilégiées, à travers des spatialités spécifiques, des postures surplombantes ou distinctives, des stratégies de mise à distance ou des investissements sélectifs de l’espace local. L’exemple classique de la « bulle expatriée » (Fechter 2016) peut ainsi trouver des prolongements et des nuances dans la question des pratiques spatiales quotidiennes (Duplan, 2014), des rapports de genre, des modes de sociabilités ou des choix résidentiels (Beaverstock 2005, Ryan & Mulholland 2014), qui distinguent la communauté migrante à l’étranger, tout en étant marqués par des rapports de pouvoir internes. Cet « entre-soi » peut aussi se lire au regard de divers modes d’appropriation spatiale, tant matérielle que symbolique, parfois contestés par la population locale (Janoschka & Haas, 2014). Les rapports facilités à l’espace d’arrivée peuvent passer par une série d’intermédiaires non gouvernementaux (Hercog & Sandoz, 2018), comme les agences d’orientation scolaire, les “chasseurs·ses de têtes”, les conseillers et conseillères juridiques ou encore les agences immobilières, participant à la mise en relation entre échelles locale et globale. Les migrant·e·s privilégié·e·s entretiennent parfois des rapports « électifs » à leurs espaces de résidence (Savage et al. 2005, Barwick & Le Galès 2020), qui peuvent se lire à travers les perméabilités entre des projets et des expériences à la fois touristiques et migratoires dans le lieu de destination (Berriane & Idrissi-Janati, 2016). Dans la lignée des études touristiques, on pourra ainsi considérer les formes d’exotisation ou les « quêtes pour l’authenticité́ » (Olsen 2002, Chabloz 2007) qui entrent dans ces rapports à l’espace local. Il s’agira de considérer l’imbrication entre privilège et post-colonialité, comme le propose le champ d’étude sur les lifestyle migrations (Benson 2013, Escher & Petermann 2013). Des contributions pourront aussi montrer comment ces rapports privilégiés peuvent contribuer à transformer l’espace local, à travers par exemple des dynamiques urbaines de patrimonialisation, de gentrification ou de ségrégation spatiale. Dans le cadre de cette réflexion sur le rapport à l’espace, il s’agira de s’interroger sur l’actualisation des privilèges liés à la blanchité et à l’occidentalité en termes de mobilité spatiale et d’avantages sur le marché du travail local (Cosquer 2020b, Le Renard 2019).


Axe 4 : Quand l’action publique arrange les migrations qualifiées, quand les migrations qualifiées s’arrangent avec l’action publique


On peut trouver dans l’action publique une dernière modalité d’analyse des migrations privilégiées. Dans la continuité du processus de nationalisation de l’espace politique, les États ont cherché à sélectionner les migrant·e·s, à distinguer « le bon grain de l’ivraie » (Rygiel 2008). Les politiques migratoires se constituent ainsi dans le but de « privilégier » une certaine immigration selon des critères variables dans le temps et dans l’espace. Dans les années 1960, le niveau d’éducation et les compétences linguistiques deviennent des critères de sélection dans les anciennes colonies de peuplement du Commonwealth (Ongley & Pearson 1995). Plus tard, des organisations internationales comme l’OCDE se font les promotrices de politiques migratoires visant à attirer des « highly skilled migrants » (OCDE 2002), ou « talents » (Shachar 2006, OCDE 2008). Celles-ci ont des répercutions à l’échelle nationale (Bonizzoni 2018), et recoupent parfois l’ambition de certains Etats d’attirer avant tout des consommateur·ices potentiel·le·s, par exemple des étudiant·e·s fortuné·e·s (Bréant & Jamid 2019). En parallèle, d’autres politiques, moins connues, se construisent autour l’accompagnement des diasporas (Dufoix et al. 2010). Les contributions pourront porter sur la genèse de ces politiques publiques, ainsi que sur les usages que font les personnes migrantes de ces cadres politico-juridiques (Bonjour & Chauvin 2018). Développer l’interrogation sur les migrations privilégiées peut revenir à explorer les « arrangements avec le droit » (Barrault-Stella & Spire 2017) que peut permettre le passage à l’étranger. Mais ces dispositifs relèvent parfois plus d’une compensation, voire de politiques de « sauvetage » (Akin 2019) que d’un traitement de faveur, à l’exemple du programme PAUSE et plus généralement dans le cas des migrations académiques en période de conflits armés ou de régime autoritaire. Ces situations permettent d’interroger les relations entre migrations privilégiées et exils politiques (Burke 2017, FitzGerald & Arar 2018, Laborier 2019, Loyer 2007, Rösch 2014). Enfin, il serait intéressant d’explorer les migrations bien dotées socialement sous l’angle de la participation à l’action publique des migrant·e·s, à travers leurs engagements associatifs ou leurs rôles politiques, facilités par la possession de ressources économiques, linguistiques et scolaires, ou encore rendus parfois possible par des alliances et un capital militant acquis dans le pays d’origine (Châabane 2008, Groppo 1996).


Bibliographie


AKIN E. (2019) « Atelier Liberade : Endangered scholars and Rescue Politics », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 1, n°131-132.
ALLOUL J. (2020) « Leaving Europe, Aspiring Access: Racial Capital and Its Spatial Discontents among the Euro-Maghrebi Minority ». Journal of Immigrant & Refugee Studies vol. 18, no 3, pp. 313‑25.
ARAB C. & MOUJOUD N. (2018) « Le stigmate de « Marocaine » à Dubaï. Les résistances des migrantes à l’épreuve de l’intersectionnalité », Migrations Société, vol. 173, n°3, pp. 99-114.
BANTMAN-MASUM E. (2013) « Enjeux de la mobilité des Canadiens et Américains au Mexique : stratégies économiques des migrants et réponse des États », Autrepart, vol. 4, n°67- 68, pp. 87‑101.
———. (2015) « Les Étatsuniens de Mérida, Mexique : mobilité ou migration ? », Revue européenne des migrations internationales, vol. 31, n°2, pp. 119‑38.
BARRAULT-STELLA L. & SPIRE A. (2017) « Quand les classes supérieures s’arrangent avec le droit », Sociétés contemporaines, vol. 4, n°108.
BARWICK C. & LE GALÈS P. (2020) « Work in London, love in Paris: middle class mobility over the Channel Tunnel », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 8, n°32.
BEAVERSTOCK J. (2005) « Transnational elites in the city: British highly-skilled inter- company transferees in New York city’s financial district », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 31, n° 2, pp. 245-268.
BEHAR D. (2006) « Les voies internationales de la reproduction sociale », Revue européenne des migrations internationales, vol. 22,n°3, pp. 39-78.
BENSON M. C. (2013) « Postcoloniality and Privilege in New Lifestyle Flows: The Case of North Americans in Panama », Mobilities, vol. 8, n°3, pp. 313-330.
BENSON M. & O’REILLY K. (2009) « Migration and the search for a better way of life: a critical exploration of lifestyle migration », The Sociological Review, vol. 57, n°4, pp. 608-625.
BERTRON C. (2018) « Des enfants des élites post-soviétiques dans les pensions suisses », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 225, n°5, pp. 14-27.
BILGE S. (2010) « De l’analogie à l’articulation : théoriser la différenciation sociale et l’inégalité complexe », L’Homme & la Société, vol. 176-177, n°2, pp. 43-64.
BLANCHARD M. (2009) « From ‘Ecoles Supérieures de Commerce’ to ‘Management Schools’: transformations and continuity in French business schools. », European Journal of Education, vol. 44, n°4, pp. 586-604.
BONJOUR S. & CHAUVIN S. (2018) « Social class, migration policy and migrant strategies: An introduction », International Migration, vol. 56, n° 4, pp. 5-18.
BONIZZONI P. (2018) « Looking for the best and brightest? Deservingness regimes in Italian labour migration management. », International Migration, vol. 56, n°4, pp. 47-62.
BRÉANT H. & JAMID H. (2019) « “Bienvenue en France”… aux riches étudiants étrangers », Plein droit, vol. 123, n°4, pp. 11-14.
BURKE M.R.F.P. (2017) Exiles and Expatriates in the History of Knowledge, 1500–2000. Waltham, MA : Brandeis UP.
CARON L. & ICHOU M. (2020) « High Selection, Low Success: The Heterogeneous Effect of Migrants’ Access to Employment on Their Remigration », International Migration Review, vol. 54, n°4, pp. 1104-1133.
CHAABANE N. (2008) « Diversité des mouvements de “femmes dans l’immigration” », Les cahiers du CEDREF, n°16, pp. 231-250.
CHABLOZ N. (2007) « Le malentendu. Les rencontres paradoxales du « tourisme solidaire » », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 170, n°5, pp. 32-47.
COLOMBI D. (2016) Les usages de la mondialisation : mobilité internationale et marchés du travail en France, Thèse de doctorat en sociologie, Sciences Po – Institut d’études politiques de Paris.
CONRADSON D. & LATHAM A. (2005) « Transnational urbanism: Attending to everyday practices and mobilities », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 31, n°2, pp. 227- 233.
COSQUER C. (2020a) « Une cage dorée ? Expériences genrées du privilège migratoire dans l’« expatriation ». Sociologie, vol. 11, n°3, pp.223-242.
———. (2020b) « La production d’un entre-soi expatrié à Abu Dhabi », Métropolitiques [Online].
COUSIN S. & APCHAIN T. (2016) « Tourisme et anthropologie : un tango de l’altérité », Mondes du Tourisme [Online], n°12.
CRESSWELL T. (2010) « Towards a politics of mobility », Environment and Planning D: Society and Space, vol. 28, pp. 17-31.
CROUCHER S. (2012) « Privileged mobility in an age of globality », Societies, vol. 2, n°1, pp. 1-13.
DELESPIERRE A. (2019) « L’usage du monde. Hiérarchie nationale et stratégies d’internationalisation des grandes écoles d’ingénieurs », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 228, n°3, pp. 42-55.
DE SAINT MARTIN M., MELLAKH K. & SCARFO GHELLAB G. (dir.) (2015) Étudier à l’Est: expériences de diplômés africains. Paris, Karthala.
DEZALAY Y. (2004) « Les courtiers de l’international: Héritiers cosmopolites, mercenaires de l’impérialisme et missionnaires de l’universel », Actes de la recherche en sciences sociales, n°151-152, pp. 4-35.
DRAGANI A. (2017) « Étudiants touaregs dans l’ancien bloc soviétique », Cahiers d’études africaines, 226, pp. 417-432.
DRIF L. (2020) « Circuler entre ses assignations identitaires : Accès au terrain et dispositif relationnel d’enquête dans les milieux de l’aide internationale aux réfugiés au Liban ». Cahiers de l’Urmis, no 19.
DUPLAN K. (2014) « Performances et pratiques spatiales des femmes expatriées à Luxembourg : une enquête sur la production de l’hétéronormativité des espaces du quotidien. » Les cahiers du CEDREF [En ligne], n°21.
DUFOIX S., GUERASSIMOFF C. & DE TINGUY A. (2010) Loin des yeux, près du cœur : Les États et leurs expatriés, Paris, Presses de Sciences Po.
ESCHER A. & PETERMANN S. (2013) « Marrakesh Medina : Neocolonial Paradise of Lifestyle Migrants? », dans JANOSCHKA M., HAAS H., Contested Spatialities : Lifestyle Migration and Residential Tourism, Routledge, Londres, New York, pp. 29‐46.
FABIANNO G., PERALDI M., POLI A. & TERRAZZONI L. (dir.) (2019) Les migrations des Nords vers les Suds, Paris, Karthala.
FAIST T. (2013) « The mobility turn: a new paradigm for the social sciences? », Ethnic and Racial Studies, vol. 36, n°11, pp.1637-1646.
FANON, F. (2015) [1952] Peau noire, masques blancs, Paris, Le Seuil.
FASSA F., LEPINARD É. & ROCA I ESCODA M. (2006) « L’intersectionnalité: pour une pensée contre-hégémonique », Journal of women’s studies, vol. 13, n°3.
FERBER A.L. (2012) « The Culture of Privilege: Color-blindness, Postfeminism, and Christonormativity », Journal of Social Issues, vol. 68, n°1, pp. 63-77.
FITZGERALD D.S. & ARAR R. (2018) « The Sociology of Refugee Migration », Annual Review of Sociology, vol. 44, p. 387-406.
GERHARDS J. & SILKE H. (2013) « Transnational human capital, education, and social inequality. Analyses of international student exchange. », Zeitschrift für Soziologie, vol. 42 n°2, pp. 99-117.
GREEN N. L. (2008) « La migration des élites. Nouveau concept, anciennes pratiques ? », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques. Archives, vol. 42, pp. 107‑116.
GROPPO B. (1996) « Entre immigration et exil : les réfugiés politiques italiens dans la France de l’entre-deux-guerres. » Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°44, pp. 27-35.
GRYSOLE A. (2018) « De bonnes fréquentations. Envoyer au “bercail” les enfants né·e·s aux États-Unis de parents sénégalais·e·s », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 225, no. 5, pp. 28-41.
GUILLAUMIN C. (1972) L’Idéologie raciste, genèse et langage actuel, Paris/La Haye, Mouton.
HERCOG M. & SANDOZ L. (2018) « Highly Skilled or Highly Wanted Migrants? Conceptualizations, Policy Designs and Implementations of High-skilled Migration Policies ». Migration Letters, vol. 15, n°4, pp. 453-460.
JAMID, H., KABBANJI, L., LEVATINO, A. & MARY, K. (2020). « Les migrations pour études au prisme des mobilités sociales ». Migrations Société, vol. 180, n°2, pp. 19-35.
JANOSCHKA M. & HAAS H. (2014) Contested Spatialities : Lifestyle Migration and Residential Tourism, Routledge, Londres, New York, pp. 29‐46.
KARADY V. (2002) « La migration internationale d’étudiants en Europe, 1890-1940 », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 145, n°5, pp. 47-60.
LABORIER P. (2019) « Universitaires en danger, entre catégorisation et témoignages croisés », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 131-132, pp. 41-45.
LAN P.-C. (2006) Global Cinderellas : Migrant Domestics and Newly Rich Employers in Taiwan. Durham et Londres, Duke University Press.
LAN P.-C. (2011) « White privilege, language capital and cultural ghettoisation: Western high-skilled migrants in Taiwan ». Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 37, n°10, pp. 1669- 1693.
LE BIGOT B. (2016) « Les migrations hivernales des Européens vers le Maroc : circulations et constructions des espaces de vie », Autrepart, vol. 77, n°1, pp. 51-68.
LECLER, R., MORIVAL, Y. & BOUAGGA, Y. (2018). « Pour une ethnographie des professionnels de l’international », Critique internationale, vol. 81, n°4, pp. 9-20.
LE RENARD A. (2019) Le privilège occidental. Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï. Paris, Presses de Sciences Po.
LE RENARD A. (2016) « “Ici, il y a les Français français et les Français avec origines” : reconfigurations raciales autour d’expériences de Dubaï », Tracés, n° 30, pp. 55‑78.
MAHUT D. (2014) « Les Bamakois diplômés de Paris. Ethnographie d’une petite bourgeoisie en voie de déclassement », Hommes & migrations, vol. 3, n°1307, pp. 19-27.
MAZZELLA S. & EYEBIYI E. (2014) « Observer les mobilités étudiantes Sud-Sud. » Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n°13, pp. 7-24.
OCDE (2002). International Mobility of the Highly Skilled. Éditions OCDE, Paris.
OCDE (2008). Attirer les talents : Les travailleurs hautement qualifiés au cœur de la concurrence internationale. Éditions OCDE, Paris.
OCDE (2020), Perspectives des migrations internationales 2020, Éditions OCDE, Paris.
OLSEN K. (2002), « Authenticity as a concept in tourism research: The social organization of the experience of authenticity », International Journal of Population Geography, n°3, pp. 285-303
ONGLEY P. & PEARSON D. (1995) « Post-1945 International Migration: New Zealand, Australia and Canada Compared », International Migration Review, vol. 29, n°3, pp. 765–793.
PEASE B. (2010) Undoing Privilege. Unearned Advantage in a Divided World, Londres, Zed Books.
QUASHIE H. (2020) « Quand enquêter rime avec racialité. Revisiter les migrations du “Nord” vers le “Sud” et la production sociale des catégorisations arabe, noire et blanche à travers la réflexivité », Cahiers de l’Urmis, no 19.
RANCE Karine (1998), « L’émigration nobiliaire française en Allemagne : une “migration de maintien” (1789-1815) », Genèses, n° 30, pp. 5-29.
RÖSCH F. (2014) Émigré Scholars and the Genesis of International Relations, London : Palgrave Macmillan.
ROSENTAL P.-A. (1990) « Maintien/rupture: un nouveau couple pour l’analyse des migrations », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol.45, n°6, pp. 1403-1431.
RUTTEN M. & VERSTAPPEN S. (2014) « Middling Migration: Contradictory Mobility Experiences of Indian Youth in London », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 31, n° 2, pp. 245-268.
RYAN L. & MULHOLLAND J. (2014) « Trading Places: French Highly Skilled Migrants Negotiating Mobility and Emplacement In London », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 40, n° 4, pp. 584-600.
RYGIEL P. (2008) Le bon grain et l’ivraie: la sélection des migrants en Occident, 1880-1939. Editions Publiboo.AAC – Projet Migrapriv – Institut Convergences Migrations
SANTELLI E. (2010) « Entre ici et là-bas : les parcours d’entrepreneurs transnationaux. Investissement économique en Algérie des descendants de l’immigration algérienne de France », Sociologie, vol. 1, n°3, pp. 393-411.
SAVAGE M. BAGNALL G. & LONGHURST B. (2005) Theory, Culture & Society: Globalization and belonging, London, Sage Publications.
SHACHAR A. (2006) « The Race for Talent: Highly Skilled Migrants and Competitive Immigration Regimes », New York University Law Review, vol. 81, University Toronto, Legal Studies Research Paper No. 883739.
SHINOZAKI K. (2014) « Career Strategies and Spatial Mobility among Skilled Migrants in Germany: The Role of Gender in the Work‐Family Interaction ». Tijdschrift voor economische en sociale geografie, vol. 105, n°5, pp. 526-541.
TELEP S. (2018) «”Moi je whitise jamais.” Accent, subjectivité et processus d’accommodation langagière en contexte migratoire et postcolonial. » Langage et societé, n°3, pp. 31-49.
TOURÉ N. (2014) « Les étudiants maliens dans l’enseignement supérieur privé au Maroc », Hommes & migrations, n°1307, pp. 29-36.
TRONCHET G. & KÉVONIAN D. (2013) La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), Rennes, Presses universitaires de Rennes.
VERGER J. (1973) Les Universités au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France.
WAGNER A.-C. & GARCÍA GARZA D. (2016) « Se former aux affaires et au pouvoir en France ? Les étudiants mexicains en gestion et en sciences politiques dans les grandes écoles françaises », Cahiers Sens public, vol. 19-20, n°1, pp. 90-113.
WAGNER A.-C. (1998) Les nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Paris, Presses universitaires de France.
WATERS J.L. (2005) “Transnational family strategies and education in the contemporary Chinese diaspora”, Global Networks, vol.5, n°4, pp. 359-377.
ZEROULOU Z. (1988) « La réussite scolaire des enfants d’immigrés : l’apport d’une approche en termes de mobilisation », Revue française de sociologie, vol.29, n°3, pp. 447-470



Citer ce billet
Claire Cosquer (2021, 19 mai). AAC MIGRAPRIV. MIGRAPRIV. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rfg2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search