Déclassement professionnel et fragilité des privilèges en migration

Pauline Vallot, sociologue

Les immigré·es diplômé·es du supérieur font souvent l’expérience d’un déclassement lors de leur arrivée en France. Cette mobilité sociale vers le basse traduit par l’obtention d’un premier emploi dans une profession moins privilégiée que celle occupée avant la migration.

Comment lire ce graphique ?

Le taux de déclassement (mobilité descendante) est calculé pour l’ensemble des immigré·es diplômé·es du supérieur, à l’exception de celles et ceux qui n’ont jamais occupé d’emploi avant la migration ou qui n’en ont pas retrouvé après la migration. Il correspond à la part de personnes dont le premier poste occupé en France est d’un statut inférieur à celui occupé dans le pays d’origine. Après avoir occupé un poste d’encadrement ou une profession scientifique en amont de la migration, les personnes dites « déclassées » se situent dans les professions intermédiaires ou travaillent comme employé·es, ouvriers et ouvrières, ou à leur compte dans l’artisanat et le petit commerce. Le taux d’ascension sociale correspond au cas inverse d’une mobilité professionnelle favorable suite à la migration.

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro 27 de la revue De Facto.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search