Une mobilité privilégiée par défaut : les « nouvelles destinations » des étudiants nigérians

Théotime Chabre, sociologue et politiste

Si étudier à l’étranger permet de bénéficier d’un statut spécifique, l’accès aux universités les plus demandées est de plus en plus soumis à la détention d’un « bon » passeport. Dans ce contexte, les étudiant·e·s nigérian·e·s sont bien souvent contraints à des destinations de second choix.

Lire cette carte : De plus en plus de jeunes des Suds réalisent tout ou une partie de leurs études à l’étranger, notamment parmi les nouvelles classes moyennes. Les jeunes Nigérians sont un bon exemple. Comme le montre ci-dessous cette carte de l’évolution des flux migratoires des étudiants nigérians entre 2008 et 2016, l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Ouest et l’Australie restent leurs destinations de prédilection. Mais ils sont des dizaines de milliers à avoir fait le choix de la Chine, la Turquie, la Malaisie ou encore Chypre-Nord, désignées par les observateurs du « marché de l’enseignement supérieur » comme les « nouvelles destinations ». Les universités y mettent en avant leur accessibilité, même avec les passeports les moins avantageux. Si ces jeunes Nigérians restent des mobiles « privilégiés » vers ces espaces, en regard des contraintes limitées qu’il connaisse, leur privilège est contraint par l’absence de choix alternatifs et des perspectives ténues pour l’après étude.

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro 27 de la revue De Facto.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search