Des « migrations privilégiées » ? Au carrefour des catégories de la mobilité internationale

Brenda Le Bigot, géographe

Au fait, pourquoi vouloir « faire entrer » ces migrant·e·s, qui ne s’identifient généralement pas comme tel·le·s, dans les études migratoires ? Saisissons l’opportunité d’interroger les catégorisations de la mobilité internationale pour comprendre les inégalités migratoires sous un nouvel angle.

Photographie de caristes – Crédit photo : Brenda Le Bigot

Dans le milieu académique comme en dehors, l’expression « migrations privilégiées » ne va pas de soi, voire sonne faux, comme l’association impertinente entre deux mots qui n’auraient rien à faire ensemble. Les contours de cette catégorie commencent pourtant à se dessiner en sciences sociales, autour de figures centrales comme celles des bénéficiaires de contrats d’expatriation, mais également de figures plus périphériques, ballottées entre les catégories de touriste et de migrant·e. À partir de mes recherches sur les déplacements de groupes « privilégiés », je souligne l’intérêt de questionner les critères des catégorisations de la mobilité internationale, et l’opportunité de la notion de « privilège » pour appréhender, aux échelles mondiales comme locales, les inégalités migratoires sous un nouvel angle.

Retrouver l’intégralité de cet article dans le numéro 27 de la revue De Facto.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search