Les différentes dimensions du privilège migratoire. « Expatriations » françaises à Abu Dhabi

Claire Cosquer, sociologue 

Les flux migratoires vers le Golfe sont puissamment hiérarchisés. Les migrant·e·sfrançais·es y occupent une position avantageuse, façonnée par la gestion institutionnelle des migrations autant que par les hiérarchies socioprofessionnelles.

Crédits : Pierre et Placement – Cabinet de conseils en gestion de patrimoine et placements financiersA. R. Meyer et Larue Déborah

La sémantique des migrations enregistre et reproduit les hiérarchisations entre groupes migrants. Le terme « expatrié », en particulier, charrie des connotations de privilège : l’imaginaire de l’« expatriation » contraste avec celui de la « migration », le premier évoquant davantage des personnes très libres de leurs mouvements, de classe supérieure, détenant un passeport occidental, blanches. Ces connotations du privilège social sont parfois renforcées par les destinations migratoires où se rendent les « expatrié·e·s » : l’espace du Golfe, connu pour sa richesse liée à l’exploitation du pétrole et du gaz, redouble ainsi la compréhension de l’« expatriation » comme une migration dorée. Les « expatrié·e·s » français·es à Abu Dhabi (capitale des Émirats arabes unis), sur lesquels a porté cette recherche, se plaignent d’ailleurs d’être perçu·e·s comme vénales et vénaux, uniquement attiré·e·s par l’appât du gain, et dénoncent régulièrement le traitement médiatique dont elles et ils feraient l’objet en France.

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro 27 de la revue De Facto.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search