Vidéos du colloque

En s’intéressant aux migrations internationales dites « privilégiées », ce colloque a pris pour objet des déplacements que l’on peut penser favorisés grâce à la possession et à la mobilisation de différents capitaux et ressources. Les frontières nationales continuent, certes, à entraver les circulations migratoires et le développement technologique n’a pas aboli les distances géographiques, dont les obstacles et dangers auxquels se heurtent les personnes exilées en situation irrégulière sont la marque la plus visible. Cependant, en sens inverse, certains passages à l’étranger suivent des chemins plus tranquilles où les difficultés liées aux frontières s’atténuent, parfois considérablement.

L’enjeu de ce colloque a toutefois été de complexifier la notion de privilège, qui embrasse potentiellement toutes les dimensions de l’expérience migratoire, en appréhendant la multidimensionnalité des positions sociales et de leurs fluctuations au fil des trajectoires. Relationnel, le privilège n’existe pas « en soi », il s’apprécie au regard des positions et des revendications de différents groupes sociaux dans un contexte social, historique et géographique donné (d’échelle variable, du local au global), et au regard d’un ou plusieurs rapports de pouvoir. Le privilège engage aussi une dimension subjective parfois complexe : souvent minimisé pour être mieux défendu, convoqué pour disqualifier ou mis en avant pour se distinguer, il pose la question tant de la matérialité des rapports sociaux que de leur perception. La migration internationale offre ainsi une entrée empirique particulièrement riche pour aborder la notion de privilège, puisqu’elle consiste en un changement de référentiel qui fait varier dans le temps la position de celles et ceux qui partent, en fonction de cadres politiques et juridiques variables.

Un premier axe de réflexion de ce colloque a porté sur les migrations internationales comme un moyen de conserver ou d’améliorer un statut social et une position privilégiée. 

Mais une attention particulière a aussi été portée aux cas où le caractère privilégié d’une migration est ambivalent, fragilisé et doit être relativisé au regard de rapports sociaux aussi divers que la nationalité, la religion, la race, la classe, le genre ou la sexualité.

Un troisième axe a envisagé les rapports aux espaces d’arrivée comme une modalité constitutive des migrations dites privilégiées, à travers des spatialités spécifiques, des postures surplombantes ou distinctives, des stratégies de mise à distance ou des investissements sélectifs de l’espace local. 

Enfin, on peut trouver dans l’action publique une modalité d’analyse de ces mêmes migrations dans la continuité du processus de nationalisation de l’espace politique. Les États cherchant à sélectionner les migrant·e·s, leurs politiques se constituent dans le but de privilégier une immigration qualifiée plus désirable, là aussi selon des critères variables dans le temps et dans l’espace. 

9h-9h30 : Introduction Eren Akin, Théotime Chabre, Brenda Le Bigot

Axe 1 : Migrer pour acquérir ou maintenir une position privilégiée

9h30 -11h – Session 1 : Les migrations de jeunesse comme voie d’ascension sociale

Modération et discussion : Pauline Vallot, Hugo Bréant

Sylvie Bredeloup: « La mobilité des jeunes Européens dans les capitales ouest-africaines », Inst. de Recherche pour le Développement;

Roufaïda Henni, « La migration d’étude vers la France : une voie privilégiée de mobilité sociale », Univ. de Tours

Florence Ihaddadene, « Un privilège différencié : l’expérience du volontariat international à Madagascar à partir de la France hexagonale et de La Réunion », Univ. Picardie Jules Verne

11h15-13h – Session 2 : Privilèges nationaux et raciaux dans la migration

Modération et discussion : Claire Cosquer, Hélène Quashie

Marine Duc, « Une migration qui blanchit ? Repositionnement racial et migration étudiante chez les étudiant·e·s groenlandais·e·s inscrit·e·s dans un établissement du supérieur au Danemark », Univ. de Bordeaux

Stéphanie Guyon, « Le privilège métropolitain. Élite judiciaire et hiérarchies post-coloniales dans les outre- mer français », Univ. Picardie Jules Verne;

Hadrien Dubucs, « Ce que le logement dit des privilèges en migration. Les choix résidentiels des Français·e·s aux Émirats arabes unis », Sorbonne Univ. Abu Dhabi

Axe 2 : Ambivalence et fragilité des privilèges en migration

14h-15h45 – Session 1 : Dynamiques familiales et conjugales

Modération et discussion : Pauline Vallot, Kevin Mary

Thomas Pfirsch, « Le « privilège de parenté » des migrants intra-européens. Usages transnationaux de la parenté et nouvelles migrations italiennes qualifiées à Paris », Univ. Polytechnique des Hauts de France

Miyako Hayakawa, « Insertion professionnelle des migrantes japonaises en France : l’intersection de la classe sociale, les normes conjugales, et le capital culturel », EHESS

Sofia Aouani, « Devenir immigrées : de la migration transnationale à l’installation durable en France métropolitaine pour des femmes de la bourgeoisie marocaine et algérienne », Univ. de Grenoble Alpes

16h-17h45 – Session 2 : Les privilèges au travail et leurs limites Modération et discussion : Simeng Wang, Anne-Catherine Wagner

Eva Renaudeau, « Vulnérabilité des corps privilégiés ? Pratiques thérapeutiques des Français·e·s en Roumanie », EHESS

Claire Leinot, « Déclassement professionnel et social des infirmier·ère·s diplômé·e·s hors Union Européenne immigré·e·s en France », Univ. de Paris

Djamilou Ouro-Agoro, « Les migrations privilégiées de travail des Temba-Kotocoli (Togo) de la période coloniale à nos jours : le cas des séjours ghanéo-nigérians, allemands et du pèlerinage mecquois », Univ. de Lomé (Togo)

Axe 3 : Des rapports privilégiés à l’espace d’arrivée ?

 9h-10h45 – Session 1 : Dimensions (post-)coloniales de l’installation en territoire étranger

Modération et discussion : Elieth P. Eyebiyi, Brenda Le Bigot

Clio Chaveneau, « La mobilité comme privilège : positionnements et ambivalences des étrangers résidant dans les Territoires palestiniens occupés », Sorbonne Univ. Abu Dhabi

Sylvain Beck et Benedicte Brahic, « Expatriation, vulnérabilité et mémoires coloniales. Le cas des Français dans la Grande-Bretagne du Brexit », Sciences Po Paris /Manchester Metropolitan University

Clémentine Lehuger, « « Mayotte tu vois, c’est la France, mais c’est pas la France » : les imaginaires postcoloniaux des « expats » à Mayotte », Univ. Paris 1

11h-12h45 – Session 2 : Migrations intra-européennes

Modération et discussion : Vincent Hugoo, Nancy L. Green

Camille Hochedez et Christophe Imbert : « Les lifestyle farmers, des migrants internationaux privilégiés ? Une perspective à partir de néo-paysans étrangers dans les campagnes du Sud-Ouest français (Ariège, Dordogne) », Univ. de Poitiers

Martina Vignoli, « Les immigrés dans la restauration italienne à Paris. Stratégies d’exploitation de l’ethnicité italienne par des jeunes immigrés et par les employeurs », CRISS, Univ. Polytechnique, Hauts-de- France

Elodie Hut, « Perceptions et pratiques de migrants privilégiés italiens, grecs et turcs résidant à Bruxelles à l’aune de la crise euro-méditerranéenne de gouvernance migratoire », Univ. de Liège (Belgique)

Axe 4 : Action publique et migrations privilégiées

13h45-15h30 – Session 1 : Politiques de l’exil

Modération et discussion : Eren Akin, Pascale Laborier

Lucile Lebrette, « Le « privilège » comme enjeu des frontières de l’exil et de l’asile. Étude comparée de l’expérience migratoire de deux exilés irakiens, arabe et yézidi », EHESS

Léo Fourn, « Le capital militant comme privilège. L’asile et l’accueil des révolutionnaires syrien·nes en France », Aix-Marseille Univ.

Fanny Faccenda, « La migration des entrepreneurs et étudiants syriens au Maroc et en Belgique : entre privilèges et fuite », Univ. Saint-Louis (Bruxelles)

15h45-17h45 – Session 2 : Politiques de la sélection migratoire

Modération et discussion : Theotime Chabre, Eve Bantman-Masum

Mireille Paquet et Chedly Belkhodja, « Un régime migratoire de facilitation : l’action publique du Québec et du Canada visant l’attraction des ressortissants français », Univ. Concordia (Canada)

Juliette Dupont, « Désirable, une catégorie d’action publique locale. La mise en œuvre de la politique de visa en Chine au service de l’attractivité touristique », Univ. de Montréal (Canada)

Séverine Chauvel, « Les dispositifs de sélection des étudiant·e·s étranger·e·s en Master en France », Univ. Paris Est Créteil

18h – Conclusion du colloque

Claire Cosquer, Vincent Hugoo, Pauline Vallot

“Retraité·e·s français·es au Maroc : des spatialités privilégiées ?” (Revue européenne des migrations internationales, vol. 39, no. 4, 2023)

Jordan Pinel & Brenda Le Bigot, géographes

Résumé

À partir de deux enquêtes menées entre 2014 et 2019 auprès de retraité·e·s français·es installé·e·s à l’année ou de manière saisonnière dans la région marocaine du Souss-Massa, cet article analyse les spatialités migratoires multiples de ces migrations orientées depuis le « Nord » vers le « Sud ». En interrogeant la dimension privilégiée de ces spatialités, l’article contribue au champ émergeant de lifestyle migration, avec une perspective géographique. Nos résultats présentent les privilèges d’accès et d’usages des espaces par ces migrant·e·s dans la destination marocaine en lien avec leurs positions avantageuses dans les hiérarchies sociales, raciales et nationales en contexte postcolonial. Ces spatialités privilégiées n’en paraissent pas moins diversifiées, au regard notamment de l’hétérogénéité sociale du groupe étudié.

Retrouver l’intégralité de cet article : https://www.cairn.info/revue-europeenne-des-migrations-internationales-2023-4-page-219.htm.

“Des migrants de luxe ? Une exploration des motivations pratiques et symboliques des bénéficiaires chinois du programme de citoyenneté par investissement canadien” (Revue européenne des migrations internationales, vol. 39, no. 2-3, 2023)

Paul May, politiste 

Résumé

Quelles étaient les motivations des personnes qui se sont tournées vers le programme canadien de citoyenneté par investissement ? Pour répondre à cette question, nous nous appuyons sur une série de dix-neuf entretiens semi-directifs effectués auprès de personnes d’origine chinoise ayant obtenu la nationalité canadienne par le biais de ce programme. Basée sur le concept de nationalité comme système de stratification sociale à l’échelle mondiale, cette recherche montre que l’éducation des enfants, l’accès à un logement spacieux et à un environnement sanitaire de qualité arrivent en tête des raisons avancées. La mobilité accrue, très discutée dans la littérature académique, n’est recherchée que dans la mesure où elle donne accès à ces biens. La volonté d’acquérir un statut privilégié au sein du système capitaliste mondial constitue également une source de motivation, le passeport canadien représentant un objet de distinction sociale et le signe d’appartenance aux nations les plus riches.

Retrouver l’intégralité de cet article : https://www.cairn.info/revue-europeenne-des-migrations-internationales-2023-2-page-131.htm.

SÉMINAIRE « Migrations internationales privilégiées » – 2024

Pour la deuxième année consécutive, le groupe de travail Migrations Privilégiées du département Policy (Institut Convergences Migrations) propose un séminaire semestriel.

Le séminaire a lieu un mardi par mois (sauf en mars) de janvier à juin 2024 en hybride, au Campus Condorcet en salle 1.003 du Bâtiment de Recherche Nord (en salle 1.122 du Bâtiment de recherche Sud) & sur Zoom. La connection en visio-conférence se fait via ce lien unique (sans inscription préalable) :  https://cnrs.zoom.us/j/92483338923?pwd=ZDRLcVhaN09jKzhzV1J4N0Y1a3BsZz09

Séance 1. Des “migrations d’élites” ? Perspectives historiques, questionnements terminologiques – Mardi 23 janvier, 14h-16h

Organisation : Sanja Beronja (EHESS, Centre Marc Bloch) & Adélaïde Martin (Université Paris Nanterre, ISP)

– Nancy L. Green (EHESS, CRH) : Pour une histoire longue des migrations d’élite

– Sylvie Aprile (Université Paris Nanterre, ISP) : Migrations d’élites : l’étude du cas français (1850-1940).

Séance 2. Les catégories de l’expatriation et de la migration au prisme des enjeux académiques entre sciences sociales et sciences de gestion – Mardi 27 février, 14h-16h

Organisation : Sylvain Beck (EPSS, CYU) et Sanja Beronja (EHESS, Centre Marc Bloch)

Intervenant : Sylvain Beck (EPSS, CYU)

Séance 3.  Intimités et migrations privilégiées (Mardi 19 mars) Mercredi 20 mars, 15h-17h

Organisation : Eva Renaudeau (CERMES3/ EHESS) et Laure Sizaire (Université Lyon 2/ CMW)

– Karine Geoffrion (ULaval) : Interroger le privilège de femmes canadiennes en couple binational au prisme des régimes de mobilité globaux

– Altaïr Desprès (CNRS/IMAF) : La domination masculine contre le privilège occidental. Réflexions sur la conjugalité afro-occidentale à Zanzibar

Lieu : Campus Condorcet, Bâtiment de recherche Nord, salle 1.003

Séance 4. Bringing the Destination states back in privileged migration – Mardi 16 avril, 14h-16h

Organisation : Sofia Aouani (PACTE), Louis Baudrin (CERI) et Théotime Chabre (Mesopolhis/CERI)

Intervenant·es : Jelena Dzankic (European University Institute) et Laure Sandoz (LIVES/University of Lausanne) en anglais

Lieu : Campus Condorcet, Bâtiment de recherche Nord, salle 1.003 Zoom uniquement

Séance 5. Migrations privilégiées et États d’origine. Des agencements entre diplomatie publique et société civile – Mardi 7 mai, 14h-16h

 Organisation : Sylvain Beck (EPSS, CYU) et Vincent Hugoo (CESSP/Paris 1/EHESS)

– Vincent Hugoo (CESSP/Paris 1/EHESS) : La scolarisation des Français de l’étranger : une mobilisation dans l’État (1960-1990)

– Christian Lequesne (CERI-Sciences Po)

Lieu : Campus Condorcet, Bâtiment de recherche Nord, salle 1.003

Séance 6. Méthodes, réflexivité et positionnalité – Mardi 11 juin, 14h-16h

Organisation : Roufaïda Henni (Université de Poitiers, GRESCO), Hélène Quashie (LARTES-IFAN/IMAF) et Eva Renaudeau (CERMES3/ EHESS)

Intervenant·es : Pauline Clech (INED), Elodie Druez (ULB), Anissa Ouamrane-Saboukoulou (Université Paris Est)

Lieu : Campus Condorcet, Bâtiment de recherche Nord, salle 1.003

Comité d’organisation

Sofia Aouani (PACTE – ICM)

Louis Baudrin (CERI – ICM)

Sylvain Beck (EPSS, CYU – ICM)

Sanja Beronja (EHESS, Centre Marc Bloch – ICM)

Théotime Chabre (Aix-Marseille Université, Mesopolhis – ICM)

Roufaida Henni (Université de Poitiers, GRESCO – ICM)

Vincent Hugoo (CESSP/Paris 1/EHESS – ICM)

Adélaïde Martin (Université Paris Nanterre, ISP – ICM)

Hélène Quashie (LARTES-IFAN, IMAF – ICM)

Eva Renaudeau (EHESS, CERMES3 – ICM)

Laure Sizaire (Université Lyon 2, CMW – ICM)

Migrations privilégiées : Notice, Dictionnaire critique des Mobilités, 2023

Brenda Le Bigot, géographe

On qualifie de « migrations privilégiées » des mobilités internationales entraînant l’installation dans un nouveau lieu de vie, réalisées par des individus bénéficiant d’une position relativement avantageuse à l’échelle mondiale. L’étude des migrations privilégiées rassemble des recherches portant sur divers groupes : actif·ve·s expatrié·e·s, étudiant·e·s, exilé·e·s politiques, retraité·e·s, etc. Souvent issu·e·s de pays riches et/ou de classes sociales supérieures, les « migrant·e·s privilégié·e·s » bénéficient, notamment grâce à leur nationalité ou leur capital économique et social, d’une facilité pour s’installer à l’étranger. Leur étude conduit à penser les migrations de manière renouvelée en s’intéressant à leurs imaginaires et projets migratoires, aux dispositifs qui réglementent leur mobilité, ainsi qu’aux spécificités de leurs installations dans les destinations. Ces migrations invitent à penser la liberté de circulation depuis ceux et celles qui en bénéficient, pour saisir les inégalités de mobilité sous tous leurs angles.

Emplacement occupé plusieurs mois par un couple de camping-cariste au camping municipal d’Agadir – Crédit photo : Brenda Le Bigot
Continuer la lecture de « Migrations privilégiées : Notice, Dictionnaire critique des Mobilités, 2023 »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search