“Retraité·e·s français·es au Maroc : des spatialités privilégiées ?” (Revue européenne des migrations internationales, vol. 39, no. 4, 2023)

Jordan Pinel & Brenda Le Bigot, géographes

Résumé

À partir de deux enquêtes menées entre 2014 et 2019 auprès de retraité·e·s français·es installé·e·s à l’année ou de manière saisonnière dans la région marocaine du Souss-Massa, cet article analyse les spatialités migratoires multiples de ces migrations orientées depuis le « Nord » vers le « Sud ». En interrogeant la dimension privilégiée de ces spatialités, l’article contribue au champ émergeant de lifestyle migration, avec une perspective géographique. Nos résultats présentent les privilèges d’accès et d’usages des espaces par ces migrant·e·s dans la destination marocaine en lien avec leurs positions avantageuses dans les hiérarchies sociales, raciales et nationales en contexte postcolonial. Ces spatialités privilégiées n’en paraissent pas moins diversifiées, au regard notamment de l’hétérogénéité sociale du groupe étudié.

Retrouver l’intégralité de cet article : https://www.cairn.info/revue-europeenne-des-migrations-internationales-2023-4-page-219.htm.

“Des migrants de luxe ? Une exploration des motivations pratiques et symboliques des bénéficiaires chinois du programme de citoyenneté par investissement canadien” (Revue européenne des migrations internationales, vol. 39, no. 2-3, 2023)

Paul May, politiste 

Résumé

Quelles étaient les motivations des personnes qui se sont tournées vers le programme canadien de citoyenneté par investissement ? Pour répondre à cette question, nous nous appuyons sur une série de dix-neuf entretiens semi-directifs effectués auprès de personnes d’origine chinoise ayant obtenu la nationalité canadienne par le biais de ce programme. Basée sur le concept de nationalité comme système de stratification sociale à l’échelle mondiale, cette recherche montre que l’éducation des enfants, l’accès à un logement spacieux et à un environnement sanitaire de qualité arrivent en tête des raisons avancées. La mobilité accrue, très discutée dans la littérature académique, n’est recherchée que dans la mesure où elle donne accès à ces biens. La volonté d’acquérir un statut privilégié au sein du système capitaliste mondial constitue également une source de motivation, le passeport canadien représentant un objet de distinction sociale et le signe d’appartenance aux nations les plus riches.

Retrouver l’intégralité de cet article : https://www.cairn.info/revue-europeenne-des-migrations-internationales-2023-2-page-131.htm.

Migrations privilégiées : Notice, Dictionnaire critique des Mobilités, 2023

Brenda Le Bigot, géographe

On qualifie de « migrations privilégiées » des mobilités internationales entraînant l’installation dans un nouveau lieu de vie, réalisées par des individus bénéficiant d’une position relativement avantageuse à l’échelle mondiale. L’étude des migrations privilégiées rassemble des recherches portant sur divers groupes : actif·ve·s expatrié·e·s, étudiant·e·s, exilé·e·s politiques, retraité·e·s, etc. Souvent issu·e·s de pays riches et/ou de classes sociales supérieures, les « migrant·e·s privilégié·e·s » bénéficient, notamment grâce à leur nationalité ou leur capital économique et social, d’une facilité pour s’installer à l’étranger. Leur étude conduit à penser les migrations de manière renouvelée en s’intéressant à leurs imaginaires et projets migratoires, aux dispositifs qui réglementent leur mobilité, ainsi qu’aux spécificités de leurs installations dans les destinations. Ces migrations invitent à penser la liberté de circulation depuis ceux et celles qui en bénéficient, pour saisir les inégalités de mobilité sous tous leurs angles.

Emplacement occupé plusieurs mois par un couple de camping-cariste au camping municipal d’Agadir – Crédit photo : Brenda Le Bigot
Continuer la lecture de « Migrations privilégiées : Notice, Dictionnaire critique des Mobilités, 2023 »

Les Français à l’étranger : dossier de la revue EchoGéo, 59, 2022

Aux premiers abords, et à cause du prisme national, s’intéresser aux Français et Françaises qui vivent à l’étranger, place cet objet sur le terrain politique, voire électoral. Avec près de 65 % d’abstention au premier tour de l’élection présidentielle de 2022, sur les plus de 1,4 millions d’inscrit·es sur les listes électorales, ces « Français·es de l’étranger » apparaissent assez peu sur la scène politique nationale, si ce n’est en temps de crise, comme lors des rapatriements organisés par l’État français pour ses ressortissant·es dans le contexte de la pandémie de la Covid-19. La catégorie des « Français de l’étranger » a cependant une existence politique qui voit se rencontrer échelle nationale et mondiale, avec depuis 2008 au parlement une représentation par 11 député·es élu·es dans 11 circonscriptions géantes, qui couvrent l’ensemble des régions du monde. Ce dossier propose d’ouvrir l’angle de vue en s’intéressant aux Français·es à l’étranger, objet relativement peu étudié·es par les géographes, s’illustrant par un éclatement dans divers champs d’étude – mobilités étudiantes, migrations qualifiées ou encore tourisme – et une approche souvent pluridisciplinaire.

Retrouvez l’intégralité de ce dossier coordonné par Brenda Le Bigot et Jordan Pinel sur le site de la revue EchoGé0

“Looking for the authentic other: Cosmopolitan ethos and orientalism in French migrants’ experiences in Abu Dhabi”

Claire Cosquer

Critique of Anthropology

Abstract

French migrants in Abu Dhabi (United Arab Emirates – UAE) are often portrayed as money-driven and greedy, notably by their compatriots. Common representations of the Gulf area as extraordinarily affluent reinforce these suspicions and prompt migrants to justify their expatriation. This moral effort takes on the form of a cosmopolitan ethos. French residents in Abu Dhabi generally express a strong desire to get out of the ‘expatriate bubble’, to meet the ‘locals’, and to experience ‘difference’ and ‘diversity’. They perform migration as an opportunity for cultural enrichment and continuously search for otherness. Abu Dhabi’s unusual demographics and singular coloniality generate complex tensions around these cosmopolitan desires. French delineations of (valuable) otherness conflate ‘local’ and ‘national’, largely replicating orientalist structures of perception. These perceptive schemes homogenize the UAE and erase its ‘diversity’ within the cosmopolitan rationale. French delineations of localness also draw on national narratives constructing the country as ‘Arab’, while casting the foreign resident population (89% of the total UAE population) as non-local and temporary. Drawing on ethnographic field research, the article analyses expatriate cosmopolitan desires for difference as the encounter of Western orientalism and Emirati national narratives of Arabness.

Read the full article: https://journals.sagepub.com/eprint/44HX2AFURMN3AXSDINJ8/full

Les migrations des privilégié·e·s : dossier de la revue Métropolitiques, 2021

Garance Clément & Camille François & Claire Gellereau – 27 mai 2021

La mobilité internationale, attribut historique des classes supérieures, n’a que partiellement été remise en cause par la pandémie de la Covid‑19. Le dossier met en lumière la diversité des stratégies migratoires des milieux privilégiés et leur aisance à se constituer des ancrages résidentiels multiples.

Retrouvez l’intégralité de ce dossier dans la revue Métropolitiques.

Au sommaire de ce dossier :

Les différentes dimensions du privilège migratoire. « Expatriations » françaises à Abu Dhabi

Claire Cosquer, sociologue 

Les flux migratoires vers le Golfe sont puissamment hiérarchisés. Les migrant·e·sfrançais·es y occupent une position avantageuse, façonnée par la gestion institutionnelle des migrations autant que par les hiérarchies socioprofessionnelles.

Crédits : Pierre et Placement – Cabinet de conseils en gestion de patrimoine et placements financiersA. R. Meyer et Larue Déborah
Continuer la lecture de « Les différentes dimensions du privilège migratoire. « Expatriations » françaises à Abu Dhabi »

Quelle est l’insertion professionnelle des migrantes japonaises en France ?

Entretien avec Miyako Hayakawa, anthropologue

La France compte près de 40 000 expatriés japonais, généralement diplômés et avec de bonnes situations sociales. Parmi eux, les femmes sont pourtant obligées de sacrifier leur carrière professionnelle. Entretien avec Miyako Hayakawa qui a enquêté sur les migrantes japonaises en France.

Cet entretien a été réalisé dans le cadre du numéro 27 de la revue De Facto.

Des « migrations privilégiées » ? Au carrefour des catégories de la mobilité internationale

Brenda Le Bigot, géographe

Au fait, pourquoi vouloir « faire entrer » ces migrant·e·s, qui ne s’identifient généralement pas comme tel·le·s, dans les études migratoires ? Saisissons l’opportunité d’interroger les catégorisations de la mobilité internationale pour comprendre les inégalités migratoires sous un nouvel angle.

Photographie de caristes – Crédit photo : Brenda Le Bigot
Continuer la lecture de « Des « migrations privilégiées » ? Au carrefour des catégories de la mobilité internationale »

Une mobilité privilégiée par défaut : les « nouvelles destinations » des étudiants nigérians

Théotime Chabre, sociologue et politiste

Si étudier à l’étranger permet de bénéficier d’un statut spécifique, l’accès aux universités les plus demandées est de plus en plus soumis à la détention d’un « bon » passeport. Dans ce contexte, les étudiant·e·s nigérian·e·s sont bien souvent contraints à des destinations de second choix.

Continuer la lecture de « Une mobilité privilégiée par défaut : les « nouvelles destinations » des étudiants nigérians »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search