“Retraité·e·s français·es au Maroc : des spatialités privilégiées ?” (Revue européenne des migrations internationales, vol. 39, no. 4, 2023)

Jordan Pinel & Brenda Le Bigot, géographes

Résumé

À partir de deux enquêtes menées entre 2014 et 2019 auprès de retraité·e·s français·es installé·e·s à l’année ou de manière saisonnière dans la région marocaine du Souss-Massa, cet article analyse les spatialités migratoires multiples de ces migrations orientées depuis le « Nord » vers le « Sud ». En interrogeant la dimension privilégiée de ces spatialités, l’article contribue au champ émergeant de lifestyle migration, avec une perspective géographique. Nos résultats présentent les privilèges d’accès et d’usages des espaces par ces migrant·e·s dans la destination marocaine en lien avec leurs positions avantageuses dans les hiérarchies sociales, raciales et nationales en contexte postcolonial. Ces spatialités privilégiées n’en paraissent pas moins diversifiées, au regard notamment de l’hétérogénéité sociale du groupe étudié.

Retrouver l’intégralité de cet article : https://www.cairn.info/revue-europeenne-des-migrations-internationales-2023-4-page-219.htm.

“Des migrants de luxe ? Une exploration des motivations pratiques et symboliques des bénéficiaires chinois du programme de citoyenneté par investissement canadien” (Revue européenne des migrations internationales, vol. 39, no. 2-3, 2023)

Paul May, politiste 

Résumé

Quelles étaient les motivations des personnes qui se sont tournées vers le programme canadien de citoyenneté par investissement ? Pour répondre à cette question, nous nous appuyons sur une série de dix-neuf entretiens semi-directifs effectués auprès de personnes d’origine chinoise ayant obtenu la nationalité canadienne par le biais de ce programme. Basée sur le concept de nationalité comme système de stratification sociale à l’échelle mondiale, cette recherche montre que l’éducation des enfants, l’accès à un logement spacieux et à un environnement sanitaire de qualité arrivent en tête des raisons avancées. La mobilité accrue, très discutée dans la littérature académique, n’est recherchée que dans la mesure où elle donne accès à ces biens. La volonté d’acquérir un statut privilégié au sein du système capitaliste mondial constitue également une source de motivation, le passeport canadien représentant un objet de distinction sociale et le signe d’appartenance aux nations les plus riches.

Retrouver l’intégralité de cet article : https://www.cairn.info/revue-europeenne-des-migrations-internationales-2023-2-page-131.htm.

Les Français à l’étranger : dossier de la revue EchoGéo, 59, 2022

Aux premiers abords, et à cause du prisme national, s’intéresser aux Français et Françaises qui vivent à l’étranger, place cet objet sur le terrain politique, voire électoral. Avec près de 65 % d’abstention au premier tour de l’élection présidentielle de 2022, sur les plus de 1,4 millions d’inscrit·es sur les listes électorales, ces « Français·es de l’étranger » apparaissent assez peu sur la scène politique nationale, si ce n’est en temps de crise, comme lors des rapatriements organisés par l’État français pour ses ressortissant·es dans le contexte de la pandémie de la Covid-19. La catégorie des « Français de l’étranger » a cependant une existence politique qui voit se rencontrer échelle nationale et mondiale, avec depuis 2008 au parlement une représentation par 11 député·es élu·es dans 11 circonscriptions géantes, qui couvrent l’ensemble des régions du monde. Ce dossier propose d’ouvrir l’angle de vue en s’intéressant aux Français·es à l’étranger, objet relativement peu étudié·es par les géographes, s’illustrant par un éclatement dans divers champs d’étude – mobilités étudiantes, migrations qualifiées ou encore tourisme – et une approche souvent pluridisciplinaire.

Retrouvez l’intégralité de ce dossier coordonné par Brenda Le Bigot et Jordan Pinel sur le site de la revue EchoGé0

Les migrations des privilégié·e·s : dossier de la revue Métropolitiques, 2021

Garance Clément & Camille François & Claire Gellereau – 27 mai 2021

La mobilité internationale, attribut historique des classes supérieures, n’a que partiellement été remise en cause par la pandémie de la Covid‑19. Le dossier met en lumière la diversité des stratégies migratoires des milieux privilégiés et leur aisance à se constituer des ancrages résidentiels multiples.

Retrouvez l’intégralité de ce dossier dans la revue Métropolitiques.

Au sommaire de ce dossier :

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search