Migrations privilégiées : Notice, Dictionnaire critique des Mobilités, 2023

Brenda Le Bigot, géographe

On qualifie de « migrations privilégiées » des mobilités internationales entraînant l’installation dans un nouveau lieu de vie, réalisées par des individus bénéficiant d’une position relativement avantageuse à l’échelle mondiale. L’étude des migrations privilégiées rassemble des recherches portant sur divers groupes : actif·ve·s expatrié·e·s, étudiant·e·s, exilé·e·s politiques, retraité·e·s, etc. Souvent issu·e·s de pays riches et/ou de classes sociales supérieures, les « migrant·e·s privilégié·e·s » bénéficient, notamment grâce à leur nationalité ou leur capital économique et social, d’une facilité pour s’installer à l’étranger. Leur étude conduit à penser les migrations de manière renouvelée en s’intéressant à leurs imaginaires et projets migratoires, aux dispositifs qui réglementent leur mobilité, ainsi qu’aux spécificités de leurs installations dans les destinations. Ces migrations invitent à penser la liberté de circulation depuis ceux et celles qui en bénéficient, pour saisir les inégalités de mobilité sous tous leurs angles.

Emplacement occupé plusieurs mois par un couple de camping-cariste au camping municipal d’Agadir – Crédit photo : Brenda Le Bigot
Continuer la lecture de « Migrations privilégiées : Notice, Dictionnaire critique des Mobilités, 2023 »

Les différentes dimensions du privilège migratoire. « Expatriations » françaises à Abu Dhabi

Claire Cosquer, sociologue 

Les flux migratoires vers le Golfe sont puissamment hiérarchisés. Les migrant·e·sfrançais·es y occupent une position avantageuse, façonnée par la gestion institutionnelle des migrations autant que par les hiérarchies socioprofessionnelles.

Crédits : Pierre et Placement – Cabinet de conseils en gestion de patrimoine et placements financiersA. R. Meyer et Larue Déborah
Continuer la lecture de « Les différentes dimensions du privilège migratoire. « Expatriations » françaises à Abu Dhabi »

Des « migrations privilégiées » ? Au carrefour des catégories de la mobilité internationale

Brenda Le Bigot, géographe

Au fait, pourquoi vouloir « faire entrer » ces migrant·e·s, qui ne s’identifient généralement pas comme tel·le·s, dans les études migratoires ? Saisissons l’opportunité d’interroger les catégorisations de la mobilité internationale pour comprendre les inégalités migratoires sous un nouvel angle.

Photographie de caristes – Crédit photo : Brenda Le Bigot
Continuer la lecture de « Des « migrations privilégiées » ? Au carrefour des catégories de la mobilité internationale »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search